Pollution en Loire : quelques nouvelles

On ne peut pas dire que cet affaire fasse grand bruit malgré toutes mes gesticulations 😉 Le découragement me gagne…

Monsieur Jean-Philippe GRAND (EELV, Conseiller régional et conseiller municipal d’Orléans) m’assure de son soutien si je perce dans les médias. Je crois que cela se passe de commentaires. Un matelas et quelques déchets sur une pelouse sans biodiversité aura plus retenu l’attention au conseil municipal d’Orléans qu’une atteinte environnementale majeure.

J’ai eu l’occasion de revoir madame Pascale Rossler (EELV, Vice-présidente de région en charge du patrimoine de la Loire et de la biodiversité)  lors d’une assemblée générale de l’association luttant contre l’implantation de l’ARENA sur Ile-Arrault à Orléans. Elle s’est étonnée que je m’agite autour de sa non-réponse, estimant que ces services m’ont répondu. Oui, c’est vrai, j’ai une réponse : « c’est de la responsabilité de l’Agglo ». Si c’est une réponse, on se demande si Madame Rossler joue réellement un rôle dans la protection de la Nature, et en particulier de la Loire. Lors de l’assemblée, elle a su rappeler les actions de la région, le fameux document de gestion de la Loire, Patrimoine UNESCO. Tout cela c’est du greenwashing.

Très fort en communication, nul en écologie! Et si on demandait à ces gens, proclamés quasi gardiens, ou du moins défenseurs de la biodiversité, de citer 15 plantes sauvages, 10 oiseaux, ou 5 mammifères ou quelques insectes, ils en seraient incapables. Nul besoin d’être naturaliste, quand on aime la Nature et on veut la défendre : on doit être capable de citer 15 plantes sur les 1500 peuplants le Loiret…

Si l’Agglo et la mairie d’Orléans ne m’ont pas donné de réponse, une réponse a été donnée à un de nos concitoyens :

Réponse de la mairie d'orléans

Réponse de la mairie d’orléans

En clair, ce n’est pas de notre responsabilité mais on va transmettre le dossier afin que vous ayez une réponse. Bref, à moins d’avoir mal compris, la mairie qui a lancé dernièrement un plan d’inventaire de la biodiversité sur Orléans, semble ne pas se soucier de ce qui peut se passer en Loire dans les limites administratives de la commune. On aurait pu s’attendre quand même à plus d’attention de la part d’une commune qui se veut être un modèle en « développement durable ». Croisons donc les doigts pour que ce dossier avance un jour (nous ne sommes plus à un jour près)… il est vrai que ce dossier traine depuis 1991 au moins…

J’ai rencontré quelques personnes du Front de gauche sur les marchés à plusieurs reprises. S’ils ont semblé être attentifs sur le moment, c’est le silence radio depuis…

J’avais rencontré madame Corinne Texeira-Leveleux (PS, conseillère municipale) à plusieurs reprises. Et depuis que j’ai mis en évidence le rejet d’eaux usées en Loire à la Chapelle-Saint-Mesmin, je dois dire qu’elle a remué ciel et terre, contactant en particulier la rédaction de la République du centre et celle de la Tribune d’Orléans, deux journaux locaux. Elle m’a mis en relation avec une journaliste de l’Express, madame Christine Berkovicius, pour un article à paraître en Octobre. Cette dernière n’a pas hésité à vérifier sur le terrain mes affirmations : du vrai travail de journalisme! Merci donc à madame Texeira-Leveleux qui semble être plus sensible aux intérêts locaux alors que d’autres font du calcul politique.

J’ai encore une fois recontacter les médias :
1/ La république du Centre : Monsieur David Creff a vraiment transmis à sa rédaction l’info. Mais depuis plusieurs mois, le journal reste muet. On savait que la presse n’était plus vraiment indépendante mais à ce point là… Peut-on parler d’association au crime contre la nature ? Espérons qu’il y aura un réveil du vrai journalisme…
2/ La Tribune d’Orléans : j’ai envoyé plusieurs mails à la rédaction. Aucune nouvelle. Mais avec des pages de publicité de l’Agglo dans ce journal gratuit, cela ne me paraît pas très étonnant.
3/ France 3 centre : J’ai envoyé plusieurs mails. Je sais aussi que plusieurs de mes camarades mieux placés que moi ont tenté d’alerter la rédaction. Bref, le silence radio, la sécheresse…

Fort heureusement, je n’ai pas que des mauvaises nouvelles à vous annoncer. L’association SOS Loire Vivante, ayant empêché les grands projets de barrages des années 90, consacre quelques lignes sur Orléans dans son journal (parution à plus de 2000 exemplaires papiers) du bassin de la Loire. Une publicité pour la commune d’Orléans et son agglomération :

Orléans/ARENA : une étape de gagnée

Orléans/ARENA : une étape de gagnée

Directement en Loire...

Directement en Loire…

Vous pouvez consulter gratuitement le bulletin de SOS Loire vivante : ICI

 
Je tiens à remercier particulièrement Grégory Jovignot de SOS Loire Vivante et Maurice Elain de l’association de défense de l’île Arrault.
N’hésitez pas à vous informer sur leurs sites respectifs :
http://www.sosloirevivante.org/
http://ilearrault.blogspot.com/

 

 

Concernant SOS Loire Vivante, sachez qu’un grand événement européen a lieu ce week-end (le 10 juillet), le grand plongeon dans nos rivières (le Big Jump). La France a un impératif d’amélioration de l’état de ces rivières d’ici 2015. Il faut bien dire que nous sommes très loin des exigeances européennes!! Vous trouverez plus d’information : ICI
Malheureusement, pour des raisons personnelles, je ne serais pas en mesure d’organiser un tel événement sur Orléans. Nous aurions évidemment évité de faire un plongeon en Loire car elle est trop dangereuse (les karsts) et trop polluée (eaux usées), mais aurions sensibilisé la population des bords de Loire à la défense de la dernière « sauvage » si mal menée.

Nous avons pris contact avec l’association « la Chapelle Autrement » suite à la découverte de rejets directs d’eaux usées sur la commune de la Chapelle-Saint-Mesmin. Je dois trouver un moment pour les rencontrer. Je présente toutes mes excuses à monsieur Arnaud Dowkiw, représentant de l’association, pour ne pas avoir trouvé du temps pour en discuter de vives voix.

Je tiens à remercier mon épouse qui m’encourage énormément et qui prend du temps pour aller surveiller les zones de rejets.

Je dois reconnaître tout de même que le découragement me gagne d’autant plus que j’ai découvert le week-end dernier un nouveau rejet en Loire me semblant alarmant, au niveau de l’île Arrault. Plus d’infos et des photos très prochainement…

Ce contenu a été publié dans Dossier rejets d'eaux usées en Loire, La Loire, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.