Cichorium intybus L. ( Chicorée sauvage )

Une fiche plus récente existe, vous pouvez la consulter ICI

Cichorium intybus L. ( Chicorée sauvage )

Cichorium intybus L. ( Chicorée sauvage )

Nom : Cichorium intybus L. ( Chicorée sauvage )

Autre(s) nom(s) :
Chicorée amère, Chicorée Intybe.

Famille : ASTERACEAE

Floraison : Juillet – Octobre

Forme biologique :
Hémicryptophyte.

Protection :
– Liste rouge européenne IUCN 2012 LC

Description dans la flore de Coste :
Plante vivace à tige de 5-10 dm dressée, très rameuse à rameaux raides, divergents, plus ou moins pubescente-hispide ou glabrescente ainsi que les feuilles ; celles-ci de forme variable, les inférieures ordinairement roncinées, les suivantes lancéolées, entières, embrassantes, réduites à des bractées dans l’inflorescence ; capitules solitaires, terminaux ou sessiles et axillaires au nombre de 1-3 ; akènes couronnés de très petites écailles obtuses; fleurs assez grandes, bleues.Polymorphe.

Usages / particularités :
Ce n’est que depuis le 17ème siècle qu’elle est consommée. La racine procure un succédané du café. Au Liban, on fait bouillir la racine pour retirer l’amertume et on l’ajoute au soupe. Les jeunes rosettes sont comestibles en salade. En Italie, on consomme les feuilles plus âgées en les faisant bouillir afin de retirer l’amertume, et on les déguste avec un peu d’huile d’olive et de citron. La chicorée contient des protéïnes, de nombreuses vitamines, du calcium, du magnésium, du potassium, du fer…, la racine contient de l’inuline comme la plupart des astéracées. La plante est dépurative et légèrement laxative.

Présent dans le(s) département(s) suivant(s) :
Aisne, Allier, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardennes, Aube, Aude, Aveyron, Bas-Rhin, Bouches-du-Rhône, Calvados, Cantal, Charente, Charente-Maritime, Cher, Corrèze, Corse-du-Sud, Côte-d’Or, Côtes-d’Armor, Creuse, Deux-Sèvres, Dordogne, Doubs, Essonne, Eure, Eure-et-Loir, Finistère, Gironde, Haute-Corse, Haute-Loire, Haute-Marne, Hautes-Alpes, Haute-Saône, Haute-Vienne, Hauts-de-Seine, Ille-et-Vilaine, Indre, Indre-et-Loire, Isère, Jura, Loire-Atlantique, Loiret, Loir-et-Cher, Lot, Lot-et-Garonne, Maine-et-Loire, Manche, Marne, Mayenne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Morbihan, Moselle, Nièvre, Nord, Oise, Orne, Paris, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Orientales, Saône-et-Loire, Sarthe, Seine-et-Marne, Seine-Maritime, Seine-Saint-Denis, Somme, Tarn-et-Garonne, Territoire-de-Belfort, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Var, Vaucluse, Vendée, Vienne, Vosges, Yonne, Yvelines.

Répartition de Cichorium intybus L. ( Chicorée sauvage )

Répartition de Cichorium intybus L. ( Chicorée sauvage )

Phytosociologie :

Alliance Ordre Classe
Convolvulo arvensis-Agropyrion repentis Agropyretalia intermedii-repentis Agropyretea pungentis
Communautés eurosibériennes mésophiles. Communautés non littorales. Végétation vivace graminéenne, xérophile et semi-rudérale, surtout sur sables, limons et substrats calcaires, à distribution européenne et ouest-sibérienne.
Alliance Ordre Classe
Dauco carotae-Melilotion albi Onopordetalia acanthii Artemisietea vulgaris
Communautés subouvertes de hautes herbes, moins thermophiles, des substrats grossiers et souvent rapportés. Communautés thermophiles à dominance de vivaces et de bisannuelles, eurosibériennes à subméditerranéennes. Végétation rudérale, anthropogène, nitrophile à dominance d’espèces vivaces, eurosibérienne et méditerranéenne.
Alliance Ordre Classe
Lolio perennis-Plantaginion majoris Plantaginetalia majoris Arrhenatheretea elatioris
Communautés pâturées collinéennes mésophiles. Pelouses piétinées eutrophes. Végétation prairiale, plus rarement de pelouses, mésophile ou mésohygrophile, mésotrophe à eutrophe.
Ordre Classe
Onopordetalia acanthii Artemisietea vulgaris
Communautés thermophiles à dominance de vivaces et de bisannuelles, eurosibériennes à subméditerranéennes. Végétation rudérale, anthropogène, nitrophile à dominance d’espèces vivaces, eurosibérienne et méditerranéenne.

Sous-espèces ou variétés :
– Cichorium intybus L. subsp. intybus
– Cichorium intybus subsp. glabratum (C.Presl) Arcang.

Ce contenu a été publié dans Fiche partielle de plantes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.