Serapias parviflora Parl. ( Sérapias à petites fleurs )

Le Sérapias à petites fleurs (Serapias parviflora Parl.) fait partie de la famille des Orchidées (Orchidaceae). Sa période de floraison s’étale d’avril à début juillet.

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Répartition française :
En France, on retrouve cette espèce dans les départements suivants : Les Côtes-d’Armor (Lanmodez, Pléneuf-Val-André, Pleumeur-Bodou), Le Finistère (En extension depuis 10 ans sur la presqu’île de Crozon, Iles des Glénans, pointe du Cap Sizun), le Morbihan (Belle-île, ancienne sablière du Mât-Fenoux à Plouhinec), La Loire-Atlantique (Batz-sur-Mer, Réserve naturelle régionale de Préfailles), la Vendée (Ile d’Yeu), La Charente-Maritime (Ile d’Oléron), les Landes (découverte de Philippe Thomas à la Réserve Nationale d’Arjuzanx), les Pyrénées-Atlantiques (Hendaye), l’Aude (Bizanet près de Narbonne), Les Pyrénées-Orientales (au Prats de la Vila à Canet-en-Roussillon), L’hérault (Marseillan), Les Bouches-du-Rhône (Martigues, la Ciotat, Cassis), Le Var (Ile de Porquerolles, Roquebrune sur Argens, La Londe des Maures, Presqu’île de Saint-Mandrier-sur-Mer, Saint-Raphaël (Carrière des grands Caous)), les Alpes-Maritimes (Massif de Biot). L’espèce est également présente en Corse.

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Ecologie :
On peut retrouver l’espèce dans les mares temporaires à isoètes comme c’est le cas au Canet-en-Roussillon (Phytosociologie : Isoetion durieui 34.0.1.0.1 Communautés amphibies et hygrophiles méditerranéennes des sols oligotrophes de niveau topographique bas à moyen). On la retrouve sur les pelouses méditerranéennes acidiphiles où elle peut être associée avec Serapias lingua. Sur la côte atlantique, elle colonise préférentiellement les pelouses des landes sèches du littoral, la dune fixée.

Protection :
L’espèce est protégée au niveau national.

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Description :
La plante mesure de 10 à 35 cm de hauteur. Les feuilles sont lancéolées à linéaires. Elles sont embrassantes. Les bractées dépassent à peine le sommet du casque. L’inflorescence sous forme d’épi dense constitué de 3 à 10 fleurs très petites. A la base du labelle, on y distingue deux callosités parallèles. Les lobes du labelle sont cachés sous le casque. L’épichile (=partie externe du labelle) est petit et surtout court. Il est aigu et souvent rabattu en arrière. La pilosité du labelle est éparse. Il existe des risques de confusion avec Serapias lingua qui se différencie par de plus grandes fleurs et une callosité entière très visible.

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Serapias parviflora Parl. à Porquerolles en 2013

Taxonomie :
Serapias parviflora Parl. a pour synonymes (Informations issues de la BDTFX Version 1.1, Tela Botanica) :
– Serapias columnae (Aunier ex Rchb.f.) Lojac.
– Serapias elongata Tod.
– Serapias lingua subsp. duriaei (Rchb..) Maire
– Serapias lingua subsp. occultata (J.Gay ex Cavalier) Bonnier & Layens
– Serapias occultata J.Gay ex Cavalier
– Serapias parviflora subsp. columnae (Aunier ex Rchb.f.) Soó
– Serapias parviflora subsp. occultata (J.Gay ex Cavalier) Maire & Weiller
– Serapiastrum parviflorum (Parl.) A.A.Eaton
– Serapias occultata J.Gay

Bibliographie :
– Les quatre flores de France – P. Fournier – Editions Lechevalier 1961
– La flore des Côtes-d’Armor – Collectif – Editions Siloe 2006
– La flore du Finistère – Collectif – Editions Siloe 2009
– La flore du Morbihan – Gabriel Rivière – Editions Siloe 2007
– Atlas floristique de la Loire-Atlantique et de la Vendée – Pierre Dupont – Editions Siloe 2001
– Mémento de la flore protégée des Alpes-Maritimes – Collectif – Editions du Cabri 2010
– Guide de la flore des Alpes-Martimes – Lionel Carles, Ludovic Thébault – Gilletta, Nice-Matin 2011
– Bulletin Société Linnéenne de Bordeaux Tome 142 n° 35 pages 183-201 – 2007
– Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg 2ème édition – Collectif – Editions Biotope 2005
– Le Var et sa flore – Collectif – Naturalia Publications 2008

Ce contenu a été publié dans Fiche de plantes, Protection nationale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Serapias parviflora Parl. ( Sérapias à petites fleurs )

  1. Ping : » Inventaire à Saint-Mandrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.