Chamaerops humilis L. ( Palmier nain )

Le Palmier nain (Chamaerops humilis L.) fait partie de la famille des Arecacées (Arecaceae). Sa période de floraison s’étale de mai à juin. Ses autres noms communs sont le Palmier Doum, le faux-palmier Doum ou encore Doum. Son nom vient du grec « chamai » qui veut dire « bas » et « rops » qui veut dire « buisson ».

Ecologie :
Cette espèce se distribue sur les côtes du bassin méditerranéen occidental. Il peut résister à des températures basses de l’ordre de -8 degrés, c’est pourquoi il pénètre jusqu’au nord du Haut-Atlas jusqu’à 2200 mètres. Il affectionne les zones calcaires thermophiles où on le voit accompagner l’olivier sauvage, le caroubier, le chêne vert ou encore le lentisque. En France, il serait actuellement en expansion alors qu’il avait quasiment disparu au début de 20ème siècle. Phytosociologie : Oleo sylvestris – Ceratonion siliquae 56.0.2.0.2 Communautés thermoméditerranéennes arborées claires ou arbustives, héliophiles.

Répartition française :
On le retrouve donc dans les Alpes-Maritimes (les hauteurs de Nice, Menton, l’île Sainte-Marguerite, Fort Carré d’Antibes), dans le Var (tout le littoral des Maures, Saint-Raphaël, Hyères, Toulon), les Bouches-du-Rhône (La Ciotat) mais aussi deux stations dans l’Aude. Il est complètement absent de la Corse.

Protection :
L’espèce est protégée au niveau national.

Chamaerops humilis L. Ile Sainte-Marguerite 2013

Chamaerops humilis L. Ile Sainte-Marguerite 2013

Description :
Il s’agit d’une espèce dioïque. La hauteur de cet arbrisseau ne dépasse pas les 3 mètres. Il a souvent une allure buissonnante. Les feuilles forment des bouquets terminaux bien verts. Elles sont portées par un long pétiole de 20 à 40 cm comportant des épines. Le limbe est en forme d’éventail et comporte de nombreux segments lancéolés à linéaires. Les fleurs sont de petites tailles. Elles sont de couleur jaune ou verdâtre suivant les pieds. Les fruits sont bien charnus (non comestibles) et vont du jaune au brun rougeâtre. La dissémination des graines est assurée par les rats.

Usages / Autres particularités :
En Afrique du Nord, il a été utilisé comme antidiabétique et antispasmodique. C’est à partir de cette espèce que l’on a élaboré un cultivar que l’on peut trouver en jardinerie sous le même nom.

Bibliographie :
– Mémento de la flore protégée des Alpes-Maritimes – Collectif – Editions du Cabri 2010
– Guide de la flore des Alpes-Martimes – Lionel Carles, Ludovic Thébault – Gilletta, Nice-Matin 2011
– Revue Espèces N°1 septembre 2011 – Le palmier nain pages 52 à 57 -Kirnos publications 2011
– La Flore des Alpes-Maritimes et de la Principauté de Monaco – Collectif – Naturalia Editions 2011
– Le Var et sa flore – Collectif – Naturalia Publications 2008

Ce contenu a été publié dans Fiche de plantes, Protection nationale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.