Nigella arvensis L. ( Nigelle des champs )

La Nigelle des champs (Nigella arvensis L.) fait partie de la famille des Renonculacées (Ranunculaceae). Sa période de floraison s’étale de Juin à Août.
La Nigelle des champs (Nigella arvensis L.)Répartition / Ecologie :
On peut la rencontrer essentiellement dans les régions de plaines calcaires. Elle était autrefois bien représentée en France. On la retrouve dans les moissons où elle se fait de plus en plus rare du fait de l’agriculture intensive. On la rencontre dans le Loiret (¹), dans l’Essonne (²), dans la Seine-et-Marne (une seule station), les Yvelines (une seule station) (³), en Indre-et-Loire, en Haute-Marne (4), en Bourgogne (5), dans les Alpes-de-Haute-Provence (6), dans l’Ain, en Haute-Normandie (7). Elle a disparu de l’Eure-et-Loire, de l’Allier, de la Basse-Normandie. Elle ne s’est jamais maintenue dans le Massif Armoricain .

Protection :
Cette espèce est protégée au niveau national. Elle bénéficie également d’une protection régionale en Alsace.

Description :
La plante mesure entre 10 et 30 cm. Elle est glabre et ramifiée. Les feuilles sont très découpées. Elles sont deux à trois fois divisés. La fleur peut faire jusqu’à 3cm mais est plus petite que Nigella gallica. Elle est solitaire et de couleur bleu pâle à blanc. Contrairement à Nigella Damascena, elle ne possède pas d’involucre. Elle se distingue de Nigella gallica par des carpelles possédant trois nervures sur toute la longueur. La Nigelle de France n’en possède qu’une.
La Nigelle des champs (Nigella arvensis L.)Usage / Autres particularités :
Au 19ème siècle, elle était beaucoup plus répandue en France du fait du mode de cultures non-intensives. D’ailleurs, ses graines étaient difficilement dissociables des grains de blés. Les paysans ne l’appréciaient guère du fait de la toxicité de ses graines.

Taxonomie :
Nigella arvensis L. subsp. arvensis a pour synonymes (Informations issues de la BDTFX Version 1.1, Tela Botanica) :
– Nigella agrestis C.Presl
– Nigella arvensis subsp. divaricata (DC.) Arcang.
– Nigella divaricata Gaudich. ex DC.
– Nigella foeniculacea DC.
– Nigella latifolia Mill.
– Nigella tuberculata Griseb.

(¹) Atlas de la flore sauvage du Loiret – Pujol, Cordier, Moret – 2008
(²) Atlas de la flore sauvage de l’Essonne – Arnal, Guittet  – 2005
(³) Flore d’île de France – Philippe Jauzein,Olivier Nawrot – 2011
(4) Conservatoire Botanique du bassin parisien – http://cbnbp.mnhn.fr – 2013
(5) Atlas de la flore sauvage de Bourgogne – Olivier Bardet, Eric Fedoroff, Gaël Causse et Jacques Moret – 2008
(6) Silène – http://flore.silene.eu – 2013
(7) Inventaire de la flore sauvage de la Haute-Normandie – http://digitale.cbnbl.org/digitale-rft/site/Atlas/Atlas_HN/Accueil_Atlas_HN.html – 2013

Ce contenu a été publié dans Fiche de plantes, Protection nationale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.